Retour sur quelques démos du Summer Game Fest


Analyses / dimanche, juin 26th, 2022

L’E3 qui laisse place à un Summer Game Fest numérique, c’est aussi l’occasion de dépasser les frontières pour les hands-on. Pas besoin de traverser la Manche donc, pour essayer quelques futurs jeux. Le programme ID@Xbox propose encore une fois de mettre la main sur des dizaines démos de jeux indépendants et il y en a peu près pour tous les gouts. On vous propose un aperçu de cinq titres, dont les dates de sortie varient entre aout prochain et… un jour.

Spiderheck

Rares sont les jeux qui proposent d’incarner une araignée et encore moins quand elle est armée de fusil laser. Spiderheck est un jeu apéro, évidemment axé multijoueur. Étant un animal à huit pattes, il est possible de grimper aux murs, au plafond, mais aussi de tisser sa toile dans une arène 2D. Celle-ci regorge d’armes, autant le corps-à-corps qu’à distance.

Spiderheck donne finalement l’impression d’un Stick Fight The Game (jusqu’à la patte graphique), avec la possibilité de se balancer au bout d’un fil. Le gameplay demande un temps d’apprentissage, mais une fois maitrisé, les combats peuvent être extrêmement véloces. Neverjam tient là de bonnes idées qu’il faudra agrémenter de beaucoup de niveaux, armes et modes afin de combler une soirée entre amis. Ce qui devrait être le cas, d’après une récente FAQ du développeur.

Exhausted Man

Exhausted Man propose d’être une larve humaine, ni plus, ni moins. On ne peut que ramper ou plutôt glisser sur le sol (voir les murs) et parfois bouger ses bras fainéants dans ce jeu de réflexion qui rappelle furieusement Snake Pass. Passé un didacticiel qui donne le ton, le premier niveau déconcerte. On ne comprend pas vraiment ce que l’on attend de nous et le gameplay devient rapidement expérimental. Et lorsque l’on saisit les mécaniques, le titre n’est plus tout à fait drôle. Même les positions les plus grotesques du personnage ne font plus mouche.

Dans les faits, cette démo nous plonge dans un bureau de développeur indépendant que l’on habillera de 5 objets avant de choisir le titre d’un objectif. C’est à ce moment-là uniquement que le joueur saura ce qu’il a à faire et tant pis s’il doit détruire l’agencement de la pièce précédemment rangé pour arriver à ses fins. D’où le côté brouillon du jeu et un peu frustrant. Heureusement, celui-ci est bien plus intéressant dans ces entre-niveaux. Des sortes de puzzles qui pourraient mettre un peu d’originalité dans ce titre sortant à une date encore indéfinie.

Wreckout

Imaginez un mix improbable entre un casse-brique, Pong et Rocket-League et vous aurez une bonne idée de ce qu’est Wreckout. Autre jeu apéro destiné au multijoueur, dans des niveaux 2D, celui-ci se distingue par son gameplay original. Il s’agit d’un jeu de balle où celle-ci sert à détruire des blocs. Le premier à perdre toutes ces briques a perdu. Pour se faire, les joueurs doivent attraper la bille et la faire tournoyer avant de la lâcher vers la cage adverse. Évidemment, plus on met de temps et plus la balle sera forte, pouvant ainsi traverser plusieurs blocs. Mais c’est prendre le risque d’être intercepté par son rival… ou d’envoyer la balle totalement ailleurs. D’autant que celle-ci rebondit facilement.

Wreckout a une proposition solide qui pourrait nous faire passer de bonnes soirées entre amis. Malheureusement, le gameplay est pour le moment un peu brouillon. Les véhicules vont trop vite, le maniement a quelque chose d’étrange, le tout dans une arène un poil étriquée. Dommage, car celle-ci, avec ses bumpers et raccourcis façon flipper, a du potentiel. L’autre problème, c’est que cette démo est trop chiche en contenu pour pouvoir déceler les possibilités. Une seule arène, pas d’informations sur des véhicules à débloquer et surtout pas de paramètres pour la partie, alors que les chargements sont un peu longuets. Il y a encore un peu de travail et pour le moment, aucune date de sortie n’a été annoncée.

Terror of Hemasaurus

Pas de doute possible, ce jeu en pixel-art se veut un vibrant hommage à Rampage. On y incarne un énorme monstre et le but est de mettre une ville à feu et à sang dans des niveaux 2D. Évidemment, l’eau à couler sous les ponts depuis Rampage, et Terror of Hemasaurus tente quelques petites nouveautés.

En premier lieu, un scénario satyrique, critiquant le climatoscepticisme et le journaliste de bas étage. Les dialogues sont cinglants (bien qu’en anglais pour le moment) et rappellent parfois ceux de Not a Hero. Côté gampelay, notre Kaiju a la possibilité de sauter de haut pour créer une onde de choc, de taper dans la foule, de jeter ses badauds ou de donner un coup de pied dans les véhicules qui passent. Mais surtout, la physique a été totalement revue puisqu’en fracassant le flan des immeubles, il est possible de les faire chuter à droite ou à gauche, et donc de créer un effet domino dévastateur. Combiné avec cette fameuse attaque tombée, cela rend les niveaux un poil simples. Cependant, gageons que des forces de l’ordre un peu plus féroces viendront mettre à mal notre Hemasaurus.

Tinykin

Le futur jeu de Splashteam fait partie de ceux qui sortiront rapidement. Il ne faudra attendre que le 30 aout prochain pour mettre les mains sur la version complète de ce Pikmin-like. Impossible ne pas faire la comparaison puisqu’on y incarne un être miniaturisé qui aura besoin des Tinykin, des petites boules qui vous aideront à déplacer des objets ou à s’exploser pour vous. Un jeu d’esclavagiste tout mignon donc, qui se déroule dans de gigantesques niveaux où beaucoup de choses sont à faire. Plusieurs quêtes annexes, un tas de coins à découvrir et des milliers de pièces (enfin du pollen à vrai) à récupérer, façon jeu de plate-forme sur Nintendo 64.

Tinykin est sans doute l’un, voire le titre le plus ambitieux de ces 35 démos, avec ses environnements 3D (mais des personnages en 2D) et son contenu abondant. Pas de véritable nuage à l’horizon donc pour ce jeu qui plaira aux fans de Pikmin (ou Overlord), mais aussi à ceux qui ont aimé redécouvrir la vie de tous les jours en étant tout petit dans Grounded et It Takes Two.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.