Take-Two Interactive tacle Stadia


Actus / mercredi, juin 3rd, 2020

Il y a déjà sept mois, Google lançait son service Stadia. Rappelons rapidement que celui-ci permet, grâce à un abonnement, d’utiliser les jeux au maximum de leur capacité graphique via le streaming. Si l’on entendait plus vraiment parler de cette offre, certaines conclusions commencent à être tirées, notamment par l’éditeur Take-Two Interactive.

Take-Two se met à table

On a beau avoir eu de nombreux retours et pronostics de joueurs, il est toujours plus intéressant de laisser la parole aux éditeurs et développeurs. D’autant plus qu’avec la sortie de Borderlands 3, NBA20 et Red Dead Redemption 2 sur Stadia, Take-Two peut se targuer de s’y connaître en la matière.

Pourtant, lors de la Bernstein Strategic Decisions Conference, le PDG de Take-Two Interactive, Strauss Zelnick, n’avait pas sa langue dans sa poche sur ce sujet.

Lorsque vous élargissez la distribution, vous élargissez possiblement votre clientèle et c’est pourquoi nous avons accompagné la sortie de Stadia avec trois titres, et que nous allons continuer à renforcer les services de streaming tant que ce modèle économique aura un sens.

Et c’est bien ce dernier point que Zelnick semble montrer du doigt :

Le lancement de Stadia a été lent. Je pense qu’il y a eu trop de promesses sur ce que cette technologie pouvait apporter, et les clients ont été déçus du résultat.

Le problème selon lui, c’est que l’offre ne suit peut-être pas la demande. Ce qui confirme la question que beaucoup se posent : à qui se destine Stadia ? Pour le PDG de Take-Two, il ne s’agit en tout cas pas des joueurs sans console :

Il y a la conviction que le streaming allait transformer le milieu, parce que l’on pensait que de nombreuses personnes étaient intéressées par le jeu vidéo, qu’elles voulaient payer pour ça, mais sans acheter de console. Je ne pense pas que ce soit le cas au final.

2e round ?

Pour autant, Zelnick reste confiant sur le streaming, et il a quelque part bien raison. Si les chiffres de Stadia sont inconnus, on sait que le PlayStation Now compte 2, 2 millions d’abonnés dans le monde. Cette nouvelle façon de consommer n’est donc pas incompatible avec le jeu vidéo. La différence entre le PlayStation Now et Stadia s’explique par plusieurs points. Tout d’abord car Sony possède déjà un parc de joueurs conquis, mais également parce qu’il n’y a pas besoin d’acheter les jeux qui peuvent être streamés.

Ce service rappelle le GamePass de Microsoft, ayant dépassé les 10 millions d’abonnés, lequel avait d’ailleurs été critiqué par… Zelnick, dans le magasine MCV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *