Pourquoi Splinter Cell se fait discret ?


Actus / mardi, avril 9th, 2019

La chose est assez ironique. Splinter Cell, licence de jeux d’infiltration créée en 2002, reste bien silencieuse depuis six ans déjà. À tel point que les fans sont persuadés qu’à chaque E3, le héros Sam Fisher fera son apparition. Cependant, force est de constater que l’agent secret d’Échelon 6 ne s’est montré qu’une fois, pour un caméo. Pourquoi cette absence si longue ? Yves Guillemot, CEO d’Ubisoft, s’explique sur le sujet.

Une histoire de marques

C’est dans la dernière émission IGN Infiltered que Ryan McCaffrey et Guillemot ont pu échanger sur les licences d’Ubisoft. Au moment de comprendre comment s’est fait le juteux partenariat avec Tom Clancy, le journaliste n’a pas pu s’empêcher d’aborder le cas de Splinter Cell et de son absence. Ce à quoi Yves Guillemot a enfin répondu :

À chaque fois que vous créez un jeu, vous devez être sûr de faire quelque chose de suffisamment différent du précédent. Lors de la production du dernier Splinter Cell, nous avons eu beaucoup de pression des fans qui nous disaient quoi faire. Ce qui fait que certaines équipes se sentent anxieuses à l’idée de travailler sur cette marque […] Nos développeurs étaient plus à l’aise avec nos nouvelles licences comme Assassin’s Creed.

Sam as service

Le problème serait donc de trouver la nouvelle orientation de Splinter Cell. Il faut dire que si les deux premiers épisodes sont fort appréciés des joueurs, les développeurs ont voulu renouveler la licence. Les opus Conviction et Blacklist ont ainsi rencontré une farouche résistance de la part des fans. Cependant, impossible de revenir à l’infiltration archaïque de Chaos Theory. Ubisoft est donc devant un choix cornélien. Un retour aux sources ou tenter un coup de poker en revisitant tout l’ADN de la série. Un peu à la manière du dernier God of War par exemple.

Si les développeurs semblent coincés avec Splinter Cell, c’est aussi parce qu’il ne peut rentrer dans le moule Ubisoftien. À savoir un monde ouvert, où la carte, se dévoilant petit à petit, regorge de petites quêtes. Même la proposition d’un game as service (titre se parcourant sur la durée) semble difficile à mettre en place. Si le jeu d’infiltration Hitman y arrivait récemment, la recette est trop éloignée des aventures de Splinter Cell. Les espoirs ne sont cependant pas vains, car Yves Guillemot annonce dans cette interview que des développeurs s’occupent actuellement de la licence, et qu’ils devraient présenter quelque chose prochainement. La suite à l’E3 2019, pour de vrai ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *