La France aime le jeu vidéo


Actus / vendredi, décembre 14th, 2018

On pourrait croire que l’industrie vidéoludique est menée par les États-Unis et le Japon. Il est vrai, la plupart des blockbusters sont issus de ces pays. Pourtant, la France se taille une part importante de ce gâteau, la production de jeux vidéo est même en expansion. 

45 %

C’est le nombre de projets français supplémentaire par rapport à l’année dernière. On passe ainsi de 830 titres à 1 200 en l’espace d’un an. Si ce chiffre grimpe, il faut tout de même préciser que seule la moitié de ces productions franchiront le cap de la distribution. Un sacré tri qui ne gomme en rien l’expansion de l’industrie vidéoludique française. Il faut dire que l’année 2018 a été prolifique pour nombre de développeurs. Notons tout d’abord que trois blockbusters de cette année sont français : Assassin’s Creed Odyssey, The Crew 2 (édités par Ubisoft), et Detroit: Become Human (créé par Quantic Dream). Deux succès monstres, accompagnés par une horde de plus petites productions. On pense notamment à Life is Strange 2, Vampyr, Call of Cthulhu, Monster Boy and the Cursed Kingdom, ou encore Dead Cells. Ces succès expliquent d’ailleurs que le jeu vidéo a rapporté près de 4, 3 milliards d’euros en France.

Tout va bien ?

Malgré ces chiffres, tout n’est pas rose au pays bleu blanc rouge. L’année 2018 a également été victime de quelques affaires pour le moins douteuse. Rappelons ainsi le cas de Quantic Dream qui a lourdement été taclé par une enquête du Monde et Canard PC. Les deux articles décrivaient des relations toxiques au sein du studio, des faux licenciements pour toucher des indemnités et des photomontages dégradants. Dans un tout autre registre, les salariés d’Eugen Systems ont appliqué leur droit de grève pour protester contre des revenus qui ne correspondent pas à leur statut. Un cas très rare dans l’industrie du jeu vidéo. Le Syndicat des travailleurs et travailleuses du jeu vidéo ayant seulement ouvert ses bureaux en automne 2017. Une création qui prouve cependant qu’en France, le jeu vidéo se prend au sérieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *