Intellivision renaît d’entre les morts avec une nouvelle console


Actus / mardi, octobre 23rd, 2018

Depuis le succès de la NES Mini, tous les constructeurs (actifs ou anciens) se sont penchés sur la question des consoles rétro. Si le dernier en date était Sony, Intellivision semblait vouloir une part du gâteau puisque la firme annonçait une prochaine machine. Cependant, cette dernière vise un tout autre public, sans que l’on comprenne vraiment lequel.

Ouya ?

Au demeurant, la marque a la volonté d’embrasser un clientèle familiale, non-initiée aux jeux vidéo. D’ailleurs Intellivision (et notamment Tommy Tallarico qui l’a récemment racheté) a déclaré que les consoles étaient désormais destinées aux hardcores gamers. Soit des joueurs bien coutumiers du médium. L’Amico (le nom de la machine d’Intellivision) sera donc vendu peu cher : il faudra compter 150 € à 180 € pour le support, et 3 € à 8 € pour les jeux, uniquement dématérialisés. Pourtant, la technologie utilisée sera importante. Notamment au niveau des manettes qui comporteront fonctionnalité tactile, retour de force, micro, haut parleur et gyroscope. Au passage, la console pourra en gérer 8.

Quant aux titres disponibles, ils ont évidemment été sélectionnés soigneusement pour un public très jeune. Cependant, il s’agira uniquement de classiques de l’époque, parfois remaniés. Ainsi, des tableaux de scores seront présents et des trophées/succès seront à débloquer.

Familial, mais pas trop

Loin de se placer sur le secteur des consoles uniquement rétro, l’Amico déconcerte depuis son annonce. Tout d’abord le public non joueur est de moins en moins abandonné. Les smartphones et la Wii ont largement contribué à la captation de ces personnes. De même, on a déjà souligné plusieurs fois l’engouement de Fortnite à propos des enfants et de leurs parents. La liste des jeux disponibles (20 au lancement) donnera d’ailleurs bien plus envie aux trentenaires et quadragénaires. Difficile de comprendre à qui cette console s’adresse vraiment, à l’image des manettes qui incorporent toutes la technologie possible et imaginable, comme si les développeurs tentaient de copier ce qui se faisait sans en saisir l’intérêt.

Sur les divers sites spécialisés, la presse comme les joueurs sont dubitatifs. Rajoutons à cela que l’annonce arrive bien trop tôt (2 ans avant sa sortie prévue) et on obtient une console que l’on aura vite oubliée et qui aura sans doute malheureusement le même destin que la Ouya. Vendue comme révolutionnaire, celle-ci n’a jamais trouvé son public, forçant l’arrêt des stocks 2 ans après sa commercialisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *