Le fan-remake de Star Wars : Kotor n’ira pas plus loin


Actus / samedi, octobre 13th, 2018

La propriété intellectuelle peut parfois sembler anecdotique face à une œuvre de 12 ans. Ainsi, Poem Studios a tenté, en 2015, le pari de remettre au goût du jour Star Wars : Knights of the Old Republic. Si le projet était alléchant, il était également audacieux, puisqu’illégal. Il aura finalement fallu trois ans pour que Disney réagisse enfin. Tout ce qui touche de près ou de loin au développement du jeu doit être détruit (code, concept arts…)

Le droit dans ses bottes

La tentation pour les fans peut être forte, de refondre un ancien jeu pour le rendre moderne (graphismes, mais aussi gameplay). D’autant plus que certains projets ont plus ou moins l’aval de la maison mère. Comme c’est le cas de Nicobass et de son remake de Tomb Raider II. Malheureusement, rappelons-le, en droit US, les ayants droit doivent défendre leur propriété intellectuelle, au péril de la perdre. Laisser faire un fan-remake, c’est prendre le risque que cela puisse être retourné contre l’ayant droit au tribunal. Par ailleurs, coupons court à une légende urbaine : cela n’a rien à voir avec une question de profit ou non. Un fan n’est pas autorisé à remodeler une œuvre sous le bouclier de la gratuité.

Star IP Wars

Cependant, si le projet était voué à l’échec, pourquoi Disney n’a-t-il pas sanctionné Poem Studios plus tôt ? Si les plus optimistes imaginent là un possible remaster, il faut tout d’abord rappeler que ce remake était relativement confidentiel, au-delà de la sphère des fans. De plus, il faut également ajouter à cela que les ayants droit de Star Wars ont effectué un grand nettoyage de printemps. Seuls les films, les séries animées et toutes œuvres sortis après avril 2014 sont considérés comme canoniques. Le reste (jeux vidéo, romans, comics…) est désormais non-officiel. Comme si tout le travail réalisé était à jeter, car décrédibilisé. Une façon, encore une fois, de protéger ses intérêts, mais également de rendre l’univers plus simple. Ce qui n’est évidemment pas du goût des créateurs et des fans de la licence. Vouloir tuer dans l’œuf le remake de Kotor est donc peut-être aussi l’occasion de bien dissocier les univers canon et étendu (officiel et non officiel), et de ne pas replonger dans le manque de contrôle des œuvres estampillées Star Wars.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *