Et si Steep devenait le modèle (économique) des jeux de sports ?


Actus / mercredi, septembre 26th, 2018

Cela fait presque deux ans que Steep, le jeu de snowboard/ski/parapente/wingsuit, est sorti. Pourtant ce titre d’Ubisoft fait encore parler de lui en 2018. Passons sur le portage Switch que certains joueurs attendent, ce qui nous intéresse ici, c’est plutôt le contenu à venir. Car oui, deux ans après, Steep continue d’être alimenté.

Service après-vente

Certes, cette technique n’est pas nouvelle, et est d’ailleurs très prisée par Ubisoft. On appelle ça du Game as Service, et cela se résume à proposer un titre qui sera jouable sur une longue durée, grâce à du contenu régulier. Par exemple, le FPS multijoueur Rainbox Six : Siege est toujours alimenté (et joué) trois ans après sa sortie initiale. Quelque part donc, on pourrait se dire que l’arrivée de deux DLC (le 4 décembre et le 19 janvier, pour être précis) n’a rien d’intéressant.

Rafraîchissement

Cependant, Steep n’est pas n’importe quel jeu, il s’agit d’une « simulation » de sports. Un genre qui fit un grand boom dans les années 90 à 2000, avant de disparaître presque entièrement. Les survivants de cette extinction, vous les connaissez, il s’agit principalement de FIFA, PES et NBA 2K (et Madden pour la communauté nord-américaine). En parlant des grosses licences sportives, ses détracteurs critiquent souvent un point particulier : leur fainéantise. D’un épisode à un autre, ces jeux proposent une mise à jour des effectifs et quelques modifications ici et là sur le gameplay (gardien plus réactif, plus de contrôle, etc.). De faibles ajouts qui sont comparés au prix du titre, allant de 50 à 60 € selon les enseignes. Les détracteurs ont donc avancé la solution de la mise à jour gratuite annuelle. Ce qui, il est vrai, est incompatible avec les coûts d’un tel jeu (il faut prendre en compte le prix des marques, sponsors, joueurs…). Cependant, l’introduction du Game as Service dans une simulation sportive, comme le fait Steep, montre qu’une autre voie commerciale est viable. Ainsi, il serait par exemple possible d’acheter les nouveaux effectifs via un ou plusieurs DLC. Et si le joueur veut toutes les équipes actuelles, il pourra compter sur la bonne vieille version boîte, vendue bien moins cher. C’est ce que fait également Steep, puisque le lancement des contenus téléchargeables sera accompagné d’une version Steep X Games Edition Gold. Utopie ou véritable potentialité ? En tout cas, quelle que soit la balle, elle est dans le camp du consommateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *