Spyro Reignited Trilogy s’attire la colère des joueurs


Actus / vendredi, août 10th, 2018

Le 1er août dernier, alors que la campagne commerciale de Spyro Reignited Trilogy se déroulait à merveille, un grain de sable venait mettre à mal la machine. Il a suffi d’une phrase sur le site officiel pour que les fans boudent le titre : « Des téléchargements via Internet sont requis pour jouer aux jeux 2 et 3 ».

Incompréhension

En somme, pour pouvoir utiliser le remaster dans son intégralité, les joueurs seront obligés de passer par la case Internet. Étrange, d’autant plus qu’on se souvient de la Crash Bandicoot NSane Trilogy, qui comportait bien tous les épisodes sur le même Blu-Ray. Évidemment, la phrase a été analysée plusieurs centaines de fois, et chacun ou presque a sa version. Il faudrait télécharger les deux autres jeux, quand d’autres déclarent qu’il faudra utiliser un code présent dans le boitier. On pourrait penser que la chose n’est pas nouvelle, puisque sur Nintendo Switch certains jeux sur cartouche demandent une mise à jour pour du contenu supplémentaire (NBA 2 K 18 par exemple). Cependant, un Blu-Ray comporte un espace de 50 Go, et c’est tout là l’incompréhension des joueurs, qui comparaient avec les 23 Go de Crash Bandicoot NSane Trilogy. Pourtant, la nouvelle est tombée fraîchement : Spyro Reignited Trilogy dépassera les 50 Go requis. Si ni Activision, ni Toys for Bob (les développeurs) n’ont clairement explicité la mention, la trilogie serait bien comprise sur le disque, mais une mise à jour viendra « valider » l’installation des deux derniers jeux. Activision avait d’ailleurs déclaré en guise de seule réponse :

Pour la plupart des jeux aujourd’hui, télécharger une mise à jour après l’achat est plutôt commun.

À défaut qu’ici, ladite mise à jour débloque deux tiers du jeu. On est loin d’un simple patch.

Reignited Anger

La situation semble petit à petit se clarifier, mais la colère gronde toujours auprès des fans. Cette mention soulève bien des questions pour les futurs acquéreurs du jeu. Tout d’abord, dans ce flou total, beaucoup doutent de leur capacité à pouvoir télécharger rapidement les deux jeux (bien qu’on ne sache pas vraiment la quantité de Go qu’il manque). Mais ce qui pose problème ici, c’est l’obsolescence de cette trilogie. Car il est difficile de savoir si dans dix ans il sera encore possible de pouvoir télécharger les données des deux opus, et donc de pouvoir jouer à l’intégralité de l’expérience, alors que le consommateur aura acheté le jeu en version physique. Si plusieurs jeux ont déjà posé cette question, le cas de Spyro est unique… pour le moment ? Il se pourrait qu’Activision prépare là une sorte d’expérience financière, puisque l’entreprise pourra facilement comparer les chiffres de vente d’une trilogie à une autre (de Crash à Spyro). Et si cela est concluant, nul doute que nous reverrons cette technique ultérieurement. Les fans le savent très bien et une partie d’eux appelle au boycott, quand l’autre rappelle qu’en agissant ainsi, c’est surtout les développeurs ayant travaillé qui y perdront.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *