Crackdown 3 perd son directeur créatif, entre autres


Actus / dimanche, juillet 22nd, 2018

La première chose qui nous vient à l’esprit lorsque Crackdown 3 fait surface c’est : « ça fait combien de temps déjà ? » Depuis quand le projet a-t-il été amorcé ? Cela fait maintenant quatre ans que le jeu a été annoncé, et pourtant, il hante toujours les E3 et autres GamesCom. 

Destruction

Le problème de Crackdown 3 vient sans doute de plusieurs paramètres différents, mais le paradoxe entre ambition et classicisme prône sur le reste. Le jeu parait en effet bien fade aux joueurs et parfois même à la presse. Une impression de déjà-vu traîne dans l’air. Pourtant, Crackdown 3 ose le pari technologique puisque l’on peut tout exploser dans le jeu, notamment les plus gros gratte-ciels. Alors certes, ça ne rendra sans doute pas le jeu meilleur, et la presse ne s’y trompe pas. Pour autant, l’intérêt est plus technique, car cette destruction à grande échelle se fait via un cloud. En somme, tous les calculs pour faire péter un building ne se font pas dans la console, mais sur des serveurs bien loin de chez vous. Un système qui, s’il venait à marcher, pourrait se démocratiser et donner d’autres expériences plus riches qu’une simulation de dynamite géante.

Boum la base

Si l’utilisation du cloud se généralise, ce ne sera en tout cas plus grâce à Crackdown 3. En effet, le studio bossant sur cette technologie, Cloudengine (tout simplement) a été racheté par Epic Games. Et par extension, c’est le directeur créatif du jeu, David Jones, qui s’en va, puisqu’il est également cofondateur de Cloudengine. Ce dernier passe à l’ennemi, en tant que directeur du cloud et des stratégies Esport chez Epic Games.

Crackdown 3 perd donc son directeur créatif historique (c’est lui qui a créé la licence). Mais ce n’est pas tout, car le studio Reagent Games (encore fondé par David Jones) n’est plus de la partie non plus.

Remis en jeu

Il reste encore Sumo Digital comme principal studio de développement et Ruffian Games, en renfort. Le développement de Crackdown 3 sera donc plus long ? Pas forcément d’après David Jones, interrogé par GamesIndustry.biz :

Cloudengine était surtout là pour aider grâce à sa technologie, tandis que moi ça faisait trop longtemps que j’étais sur cette licence, donc je les aidais à trouver une autre direction.

Ainsi, en enlevant le cloud de l’équation, peut-être que le développement avancera plus rapidement, mais sans sa touche d’ambition. Cependant la question que l’on se pose toujours, c’est pourquoi Microsoft semble encore attaché à ce projet, et le défend comme un titre phare de la console. Sans la technologie de Cloudengine, l’interrogation n’a jamais été aussi grande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *