Kickstarter n’attire plus les développeurs


Actus / mercredi, juillet 18th, 2018

Si le crowfundig existe depuis des dizaines d’années sur l’Internet, le jeu vidéo a dû attendre les années 2010 pour rencontrer ce phénomène. Il faut dire que Kickstarter, fondé en 2009, a explosé d’un seul coup, lançant une toute nouvelle façon de faire du jeu indépendant.

Une p’tite pièce s’il vous plait

Banner Saga, Pillars of Eternity, Psychonauts 2, Indivisible, Shenmue 3, Hollow Knight, Superhot… la liste des jeux connus sortis grâce à Kickstarter est déjà impressionnante, alors imaginez le nombre de projets au total. Le chiffre officiel n’existe pas, mais ICO Partners a tout de même essayé de préciser au mieux les statistiques de Kickstarter, côté jeux vidéo, bien sûr.

Toujours des sous, mais moins de projets

En premier lieu, il est intéressant de noter le nombre de projets par année, qu’ils soient réussis ou non. Celui-ci est de 1944 en moyenne depuis ces quatre dernières années, avec un pic entre fin 2014 et fin 2015. Cependant, le nombre de projets ratés (et par extension, les projets totaux) est de plus en plus faible depuis cette période. Passant de 2221 en 2015 à 1695 en 2017. Étonnamment, les projets réussis stagnent à environ 372 par an, soit 19 % pour les amoureux de statistiques.

projet par semestre kickstarter

Autre chiffre qui stagne, c’est celui du budget atteint par les projets réussis. Ainsi, la majorité des sommes atteintes est inférieure à 10 000 dollars. Malgré la baisse de projets vue sur le précédent diagramme, on note qu’au total les sommes dépensées stagnent elles aussi, notamment depuis 2015. Ce qui veut donc dire que si les développeurs ont tendance à ne plus utiliser cette plate-forme, les donneurs, eux, restent. Il faut dire que le miracle de Kickstarter et du crowfunding en général semble disparu. Beaucoup de développeurs se sentaient pris au piège par ce système, puisqu’ils se sentaient redevables des donneurs. En somme, ils se pliaient aux exigences de leurs backeurs, même si cela dénaturait leur vision du jeu. De plus, la plate-forme est devenue moins laxiste sur les projets proposés. Les demandes farfelues ont disparu au profit de vrais besoins.

argent donné par semestre kickstarter

Enfin, il faut rajouter à cela la démocratisation d’une autre économie de création : l’accès anticipé. Fin 2013, le site Statista dénombre 36 jeux de ce type (finalement sortis ou non). Fin 2015 ce même chiffre s’élevait à 169. Passer par ce mode de développement permet de garder sa propre vision (puisqu’une bonne partie du jeu est déjà faite) tout en permettant de faire des ajouts et modifications par plus ou moins grosses touches. De plus, il s’agit déjà en soi d’une sortie, ce qui permet d’avoir une véritable portée médiatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *