Evolve est mort ! Vive le roi !


Actus / jeudi, juin 7th, 2018

Les plus critiques diront « depuis longtemps », et ils auront plutôt raison. Sorti le 10 février 2015, le jeu de Turtle Rock Studios a très vite été déstabilisé, par les joueurs, plus que par la critique elle-même.

Même s’il on voit une différence entre les critiques françaises et États-Unis (le titre récolte des 8 et des 9 outre Atlantique), le résultat est quasi le même. Evolve fût salué et labellisé. Alors pourquoi ce titre est-il montré du doigt comme l’enfant honteux ? Si les ventes sur la première sont assez bonnes (il fût premier dans les chartes à sa sortie), le bouche-à-oreille ne suit pas. Pire encore, la population d’Evolve décline. Tous les joueurs expliquent cet échec par deux raisons : le prix des DLC (notons qu’il y aura deux season pass de sortie), ainsi que l’équilibrage du jeu. Même le créateur du jeu, Matt Colville, vient récemment de le déclarer sur Reddit que le 4 contre 1 n’a jamais réellement marché dans le jeu. Et pour cause : Evolve ne devait absolument pas ressembler à cela, mais plutôt à un jeu d’exploration coopératif. Colville explique d’ailleurs que les développeurs ne connaissaient pas tellement les notions de shooter multijoueur.

L’héritage

Si le lead designer pense que le système de 4 vs 1 était bancal cela n’a pas empêché Evolve d’être un avant-gardiste malheureux. En effet, nombreux sont les studios à s’être intéressé à ce concept. Avec un peu plus de ressource et une liberté totale (Colville pointe également son éditeur du doigt), de nombreux développeurs ont réussi à transformer l’essai. Cependant, ces derniers se sont plus intéressés au côté stressant des parties. Ainsi, le FPS asymétrique est devenu bien souvent un jeu d’horreur asymétrique. On note par exemple l’arrivée de Friday the 13th ou Dead by Daylight. Evolve aurait-il lancé un nouveau mode de gameplay ? Non, bien sûr que non. De nombreux joueurs vous rappelleront leurs souvenirs sur le multi des Splinter Cell. Cependant, il a clairement relancé du joueur et l’a dépoussiéré, modernisé. Après tout, le jeu du chasseur/chassé se réfère clairement au jeu du gendarme/voleur, voir aux enfants jouant à « chat ». Excepté que dans Evolve, ou dans les prochains Damned et Last Year, le chat est un monstre/boogey-man. Quoi de plus logique donc, de s’inspirer des classiques d’horreurs, qui opère de la même manière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *